Accueil > Filières > Les bioénergies > La valorisation énergétique des déchets

La valorisation énergétique des déchets


La fraction biodégradable contenue dans nos déchets (organiques et verts) est reconnue comme une source d’énergie renouvelable par la Commission Européenne depuis 2001.

En effet, la biomasse inclut « la fraction biodégradable des produits, déchets et résidus provenant de l’agriculture (comprenant les substances végétales et animales), de la sylviculture et des industries connexes, ainsi que la fraction biodégradable des déchets industriels et municipaux » (Directive européenne 2001/77/CE).

50% de l’énergie récupérée par l’incinération des déchets ménagers est considérée comme énergie renouvelable

En 1993, le parc des incinérateurs comprenait 300 installations. Ce secteur d’activité comprend désormais, 127 unités en fonctionnement qui traitent annuellement près de 13 millions de tonnes de déchets ménagers et assimilés et emploie directement et indirectement 8000 personnes. Les incinérateurs français représentent ainsi, en nombre d’usines, environ 25% de l’ensemble du parc européen mais leur capacité moyenne est plus faible que la capacité moyenne des incinérateurs européens (respectivement 100 000 tonnes/an contre plus de 150 000 tonnes/an). Le parc est très varié en taille. Si 27 usines ont une capacité annuelle d’incinération inférieure à 50 000 tonnes, 25 usines, avec une capacité annuelle supérieure à 150 000 tonnes, traitent environ la moitié de la quantité annuelle incinérée en France. Les anciennes usines sans valorisation énergétique tendent à disparaître. En 2013, la production thermique totale du parc d’incinérateurs français était deux fois plus importante que la valorisation électrique.

La production d'énergie en 2013 :

  • Production d’électricité issue de l’incinération des déchets : 3 650 GWh, dont 50 % renouvelables
  • Production de chaleur issue de l’incinération des déchets : 7 580 GWh soit 652 ktep, dont 50 % renouvelables

100 % de l’énergie du biogaz issu des usines de  méthanisation des déchets est renouvelable. Ce secteur d’activité est en développement avec 6 usines en fonctionnement qui traitent environ 300 000 tonnes de déchets et autant de projets en cours

La mise aux normes des installations a entraîné la fermeture d’un certain nombre d’unités, anciennes et de petite taille, en particulier depuis 2005 alors que quelques autres ont été construites. L’incinération n’est pas stoppée en France mais ne se développe pas de manière importante. Les Uiom (usine d'incinération des ordures ménagères) sont pénalisées par un problème d’image. Il faut pourtant se mobiliser pour redonner toute sa place à la valorisation énergétique des déchets puisque ce secteur sera un contributeur  indispensable à l’atteinte de l’objectif de 23% d’énergie renouvelable en 2020.

incinerateur de dechets

LES MISSIONS DE LA COMMISSION VALORISATION ÉNERGÉTIQUE DES DÉCHETS MÉNAGERS

Les membres de la commission Valorisation énergétique des déchets ménagers du Syndicat des énergies renouvelables se sont donnés comme mission de :

  • Consolider le positionnement de l’énergie issue de la biomasse des déchets dans l’ensemble des énergies renouvelables, notamment auprès des pouvoirs publics ;
  • Aider à la mise en place de politiques publiques pour développer la valorisation énergétique des déchets (aides à l’investissement, amélioration du parc existant, lois fiscales, etc.) ;
  • Etre acteur des différents dossiers concernés dans lesquels la filière est impliquée au niveau national ou européen ;
  • Construire une politique de communication globale pour la filière ;
  • Inciter à l’utilisation prioritaire de chaleur issue de déchets par les utilisateurs.