Accueil > Filières > L'énergie du sous sol > La géothermie

La géothermie


La géothermie est l’exploitation de la chaleur contenue dans le sous-sol.

Elle se divise en plusieurs catégories :

La très basse température (<30°C) : associe les pompes à chaleur (PAC) à des capteurs souterrains afin d’utiliser la chaleur du sous-sol pour le chauffer, ou refroidir des bâtiments. Elle permet notamment en été ou en intersaison un simple rafraîchissement du bâtiment à un rendement extrêmement performant grâce au géocooling (de l’ordre de 40 kWh de froid fourni pour 1 kWh utilisé). Dans cette catégorie se trouve les PAC sur nappes ou sur aquifères, les sondes géothermiques verticales en doublet ou en champs de sonde, les fondations thermoactives et les capteurs horizontaux. Depuis la sortie des textes de simplification administrative en 2015, cette filière est également qualifiée règlementairement de gisement géothermique de minime importance (en référence aux faibles impacts de ce type de travaux).

La basse température (30° à 150°C) utilise directement la chaleur des aquifères profonds (de 200 à 2 000 m environ). Leur but est de chauffer un ensemble d’immeubles ou un quartier à travers un réseau de chaleur, ou bien d’apporter de la chaleur pour des usages agricoles ou industriels. Certains réseaux de froid puisent également leur source renouvelable des ressources aquifères.

La haute température (>150°) consiste principalement à produire de l’électricité à partir de sources de vapeurs d’eau profondes. Dans certains cas de l’eau est injectée dans une roche chaude et sèche, et récupérée sous forme de chaleur : c’est la technologie EGS (Enhanced Geothermal System). La géothermie haute température permet également de faire de la cogénération afin de récupérer de la chaleur en même temps que de l’électricité, voire parfois de ne valoriser l’énergie que sous forme de chaleur.

En savoir plus :  Fiche d'informations sur la géothermie

LA PRODUCTION FRANÇAISE EN 2015 :

  • Géothermie très basse température : 272 ktep de chaleur renouvelable dont la majorité est issue des PAC géothermiques en résidentiel individuelles.
  • Géothermie basse température : 120 ktep.
  • Géothermie haute température : 2 centrales (Bouillantes et Soultz-sous-Forêts) d’une puissance totale de 16.5 MW pour une production d'environ 93 GWh.

LES OBJECTIFS FRANÇAIS À L’HORIZON 2020 :

  • Géothermie très basse température : 850 ktep dont 600 ktep de pompes à chaleur individuelles.
  • Géothermie basse température : 500 ktep.
  • Géothermie haute température : une puissance de 80 MW.

En savoir plus :  Annuaire de la filière française géothermique

Les travaux du SER pour aider à la réalisation de ces objectifs

  • Travail sur la prise en compte de la géothermie dans la réforme du code minier et propositions formulées auprès de la direction générale de l’aménagement du logement et de la nature (DGALN).
  • Action de revalorisation du fond chaleur pour les filières thermiques dont la géothermie et le solaire thermique.
  • Proposition de prise en compte du froid renouvelable dans les objectifs européens et nationaux que ce soit pour les pompes à chaleur ou les réseaux de froid.
  • Participation aux travaux des labels RT2012 et à la RT2020 afin de permettre une meilleure prise en compte de la géothermie dans la réglementation.

La commission géothermie du SER

La commission géothermie du SER rassemble plusieurs dizaines d’entreprises, exerçant une activité dans ce secteur : exploitants, développeurs de projets, fabricants de matériels, foreurs, bureaux d’études, centres de recherche et de formation, etc…

Elle représente la filière auprès des pouvoirs publics et la promeut auprès des professionnels, des élus, des médias et du grand public.

Elle suit notamment les problématiques réglementaires et la mise en place des mécanismes de financement de la filière.