Accueil > Enjeux > En France

Les enjeux pour la France


Les enjeux de la transition énergétique sont cruciaux : lutte contre le changement climatique, indépendance énergétique et réduction des importations d’énergies fossiles, mais aussi nouvelle croissance économique, nouveaux emplois.

Une situation géographique privilégiée

Sur le plan géographique, la France est privilégiée : 2ème gisement de vent d'Europe derrière la Grande Bretagne, 5ème en matière d'ensoleillement, abondante ressource hydraulique, importante surface forestière, 2ème Zone Economique Exclusive maritime mondiale, juste derrière les Etats-Unis, nombreux gisements géothermiques.

Ces caractéristiques géographiques, conjuguées à un savoir-faire mondialement reconnu dans le domaine de l’énergie, donnent à notre pays la possibilité de devenir un acteur important des énergies renouvelables et de structurer des filières industrielles puissantes qui pourraient représenter plus de 220 000 emplois dès 2020.

Rappelons que lors de la signature du « paquet Energie Climat 2020 » de l’Union européenne adopté en Janvier 2008, la France avait établi sa feuille de route avec un objectif de 23 % d’énergies renouvelables dans la consommation du pays. Cet objectif avait été inscrit dans les lois Grenelle 1 et 2 et sa déclinaison par filière dans la programmation pluriannuelle des investissements. Néanmoins, malgré sa volontée affirmée et le contexte favorable au développement des énergies renouvelables, notre pays a pris du retard dans l'atteinte des objectifs 2020. Au rythme actuel, la part des énergies renouvelables pourrait ne s’élever qu’à 17 % contre les 23 % sur lesquels notre pays s’est engagé. La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte va nous permettre d’accélérer.

objectif 2030 : 32% D'ÉNERGIES RENOUVELABLES

Fin 2016, la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique s’élève à 16 %. 100 000 personnes travaillent dans le secteur.

Le Parlement a adopté le 22 juillet 2015 la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte qui porte des objectifs ambitieux pour le développement des énergies renouvelables.

En effet, leur part devra représenter 32 % de la consommation énergétique en 2030 : 40 % de la production d'électricité, 38 % de la consommation finale de chaleur, 15 % de la consommation finale de carburant et 10 % de la consommation de gaz.

Pour les départements d'outre-mer, l’objectif fixé par la loi est de parvenir à l'autonomie énergétique avec, comme objectif intermédiaire, 50 % d'énergies renouvelables à l'horizon 2020.

Cette loi ouvre de nouveaux horizons à toutes les filières des énergies renouvelables. Leur déploiement va permettre la création de plusieurs centaines de milliers d’emplois sur le territoire, contribuer largement à l’indépendance et au rééquilibrage de la balance commerciale énergétique de la France en évitant l’importation d’énergies fossiles et en ouvrant la voie aux entreprises françaises vers les marchés internationaux.

Outre ces objectifs, la loi comporte plusieurs mesures phares : l’autorisation unique pour la mise en service d’installations éoliennes, hydroélectriques, de méthanisation et d'installations de production d'électricité ou de biométhane à partir de biogaz, l’exemption des bioénergies des taxes intérieures de consommation auxquelles ne sont plus soumises que les énergies fossiles, la promotion des énergies renouvelables dans le bâtiment ou encore l’encouragement au financement participatif des projets de production d’énergies renouvelables.

La Programmation Pluriannuelle de l’Energie a fixé un cap aux différentes filières EnR qui offre de la visibilité aux acteurs industriels sur le court et le long terme.

Cette programmation, à laquelle il a largement contribué, constitue désormais la feuille de route du SER.