Accueil > Enjeux > En Europe

Les enjeux européens


Etat des lieux des énergies renouvelables en Europe en 2014

Le Paquet énergie climat adopté par l’Union européenne en 2009, fixe trois objectifs contraignants :

A travers cet accord, pour lequel chaque pays devait présenter ses engagements qu’il s’engageait à respecter, l’Europe affirmait sa volonté de jouer un rôle de leader dans la lutte contre le changement climatique et s’engageait avec ambition vers le développement d’énergies propres, inépuisables et porteuses de croissance économique.

La production d’énergie renouvelable dans l’UE-28 a progressé au total de 73,1 % entre 2004 et 2014, ce qui équivaut à une augmentation moyenne de 5,6 % par an.

L’Allemagne a été le plus grand producteur d’énergie renouvelable de l’UE-28 en 2014, avec 18,4 % du total. L’Italie (12,1 %) et la France (10,7 %) étaient les seuls autres États membres de l’Union à enregistrer des pourcentages à deux chiffres, suivis de l’Espagne (9,2 %) et de la Suède (8,5 %). Les différences considérables constatées entre les États membres dans le bouquet des énergies renouvelables s’expliquent dans une large mesure par leurs dotations en ressources naturelles et les conditions climatiques existantes.

En 2014, la part des énergies renouvelables dans la consommation finale brute d’énergie s’élevait à 16,0 % dans l’UE-28.

Part des énergies renouvelables dans la consommation intérieure brute d’énergie, 2014 :

De nouveaux objectifs à l’horizon 2030

Les 28 pays de l’Union européenne ont abouti le 23 octobre 2014 à un accord sur le « Paquet Énergie-Climat pour 2030 » préparé par la Commission européenne qui porte la part des énergies renouvelables à 27 % de la consommation finale d’énergie européenne.

Objectifs de l'union européenne à l’horizon 2030  consacrés à la lutte contre le dérèglement climatique :

L’accord, signé en octobre 2014 est relativement moins ambitieux que celui adopté en 2009, qui portait la part des énergies renouvelables dans l’union européenne à 20 % en 2020 et sur lequel chaque pays membre avait pris des engagements contraignants. Le nouvel objectif - 27 % d’énergies renouvelables à l’horizon 2030 - traduit une progression plus faible que pour la période 2007-2020, alors même qu’à l’horizon 2020, les filières des énergies renouvelables auront accompli une grande partie de leur courbe d’apprentissage, en particulier en Europe.

Il est de plus proposé que cet objectif ne soit contraignant qu’au niveau de l’Union européenne et non de chaque pays, ce qui n’oblige aucun des Etats membres à des engagements nationaux devant ses partenaires européens.

Le paquet « énergie propre »

Fin novembre 2016, la Commission Européenne a présenté un paquet de mesures visant à maintenir la compétitivité de l'Union européenne dans le contexte des changements apportés sur les marchés mondiaux de l'énergie par la transition vers les énergies renouvelables.

Ces propositions législatives  portent sur l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables, l'organisation du marché de l'électricité, la sécurité d'approvisionnement électrique et les règles de gouvernance pour l'union de l'énergie.

Le paquet prévoit également des actions en vue d'accélérer l'innovation pour l'énergie propre et de rénover les bâtiments en Europe, ainsi que des mesures visant à encourager les investissements publics et privés, à promouvoir la compétitivité des entreprises de l'UE.

Ce projet devrait être adopté dans les deux prochaines années.

Extraits du communiqué de presse de la Commission Européenne (30 novembre 2016)

« La Commission souhaite que l'UE prenne la tête de la transition vers l'énergie propre au lieu de simplement s'y adapter. C'est pourquoi l'UE s'est engagée à réduire ses émissions de CO2 d'au moins 40% d'ici à 2030 tout en modernisant l'économie de l'UE et en créant des emplois et de la croissance pour tous les citoyens européens. Les propositions d'aujourd'hui visent trois principaux objectifs : donner la priorité à l'efficacité énergétique, parvenir au premier rang mondial dans le domaine des énergies renouvelables et offrir des conditions équitables aux consommateurs.

Les consommateurs seront des acteurs dynamiques et centraux sur les futurs marchés de l'énergie. Dans toute l'UE, ils auront à l'avenir un meilleur choix pour leur approvisionnement, auront accès à des outils fiables de comparaison des prix de l'énergie et la possibilité de produire et de vendre leur propre électricité. Une transparence accrue et une meilleure régulation ouvrent à la société civile des possibilités de participer davantage au système énergétique et de réagir à des signaux de prix. Le paquet comporte également plusieurs mesures visant à protéger les consommateurs les plus vulnérables.

M. Maroš Šefčovič, vice-président chargé de l'union de l'énergie, a déclaré: «Le paquet de ce jour va dynamiser la transition énergétique en modernisant notre économie. À la tête de l'action mondiale pour le climat ces dernières années, l'Europe donne aujourd'hui l'exemple en créant les conditions pour des emplois, de la croissance et des investissements durables. Les propositions présentées concernent tous les secteurs de l'énergie propre: recherche et innovation, aptitudes, bâtiments, industrie, transports, numérique, finance pour n'en nommer que quelques-uns. Ces mesures donneront à tous les consommateurs et entreprises d'Europe les moyens de tirer le meilleur parti de la transition énergétique.»

M. Miguel Arias Cañete, commissaire pour l'action pour le climat et l'énergie, a déclaré pour sa part :

«Nos propositions donnent une forte impulsion sur le marché en faveur des nouvelles technologies, créent des conditions propices pour les investisseurs, permettent aux consommateurs de faire des choix informés et responsables, assurent un meilleur fonctionnement des marchés de l'énergie et facilitent la réalisation des objectifs de l'Union pour le climat. Je suis particulièrement fier de l'objectif contraignant de 30% pour l'efficacité énergétique, car cela va réduire notre dépendance envers les importations d'énergie, créer des emplois et réduire les émissions. L'Europe est au bord d'une révolution de l'énergie propre. Et tout comme nous l'avons fait à Paris, nous ne réussirons que si nous travaillons ensemble. Avec ces propositions, la Commission a ouvert la voie à un système énergétique plus compétitif, plus moderne et moins polluant. Nous comptons à présent sur le Parlement européen et les États membres pour le concrétiser.»

Dans un communiqué, le SER a fait part de ses observations sur le projet : lire le communiqué de presse