Accueil > Dernières actualités > Chauffage au bois : une filière engagée dans le respect de la qualité de l'air

Chauffage au bois : une filière engagée dans le respect de la qualité de l'air


Du 18 au 18 sept. 2018

Depuis bientôt 20 ans, à l’initiative de l’ADEME et du SER, les acteurs du chauffage au bois se mobilisent, à travers le label Flamme Verte, pour offrir sur le marché des appareils de plus en plus performants et de plus en plus respectueux de la qualité de l’air.

Le  bois-énergie est la première source d’énergie renouvelable en France, représentant 42 % de l’énergie renouvelable produite (chiffres 2016),dont 28 % issus du chauffage au bois domestique.

Le bois énergie est une source d’énergie renouvelable, qui permet de lutter contre les émissions de gaz à effet  de  serre  en  se  substituant  aux  énergies  fossiles. Cependant, sa combustion, sans précaution, émet certains polluants qui impactent la qualité de l’air. Les installations industrielles et collectives affichent aujourd’hui de très bons niveaux de performance, grâce à  des  procédés  éprouvés et des contrôles règlementaires. Le secteur de l’habitat individuel, quant à lui, représentant la majorité de la consommation, exige l’utilisation d’appareils équipés de technologies de pointe dans le domaine.

Si  le  chauffage  au  bois,  utilisé  dans  des  cheminées  ouvertes ou dans les appareils anciens, a concouru historiquement à la pollution des villes et des vallées, les progrès réalisés et les efforts d’accompagnement des  pouvoirs  publics pour le renouvellement du parc ont porté leurs fruits : depuis la création du label Flamme Verte, les émissions de particules les plus fines (PM2.5) du parc ont été réduites de plus de 50 %, grâce aux évolutions techniques réalisées sur les appareils et au renouvellement du parc vieillissant. Selon les  chiffres du CERIC (le  laboratoire référent en Europe dans le domaine de la cheminée et des énergies durables), le parc français d'appareils de chauffage domestique au bois se caractérise par encore 50  % d'équipements non performants (15 % de foyers ouverts et 36 % de foyers fermés antérieurs à 2 000) qui émettent plus de 80 % des particules fines issues du chauffage au bois. L’objectif des 72 industriels regroupés sous le label Flamme Verte, est de réduire toujours plus les émissions de particules fines. L’atteinte de cet objectif est conditionnée par l’accélération du renouvellement du parc, mais aussi par la qualité du bois de chauffage utilisé.

Aujourd’hui, la majorité des équipements vendus sur le marché français  affichent  un  rendement 7 fois supérieur à celui d’une cheminée ouverte et des émissions de particules jusqu’à 30 fois inférieures selon les conditions d’utilisation. Ces performances vont continuer à s’améliorer, soutenues par la mise en place de la réglementation européenne sur l’écoconception des produits.
En associant qualité du combustible – taux d’humidité du bois inférieur à 23 %, bûches fendues,  etc. - et évolution des performances, il est possible de diviser par 4 les émissions de particules d’ici 2030.

Pour y parvenir, les politiques de soutien doivent être poursuivies ou amplifiées :

Ce soutien des Pouvoirs publics permettra de poursuivre le développement d’un parc de chauffage au bois domestique exemplaire et de faire en sorte que la filière française, qui emploie 20 000 personnes, demeure au premier rang européen.


TOUTES LES DERNIERES ACTUALITES