Accueil > Dernières actualités > L’enjeu du renouvellement du parc des appareils de chauffage au bois pour la qualité de l’air : professionnels et pouvoirs publics sont mobilisés

L’enjeu du renouvellement du parc des appareils de chauffage au bois pour la qualité de l’air : professionnels et pouvoirs publics sont mobilisés


Du 28 juin 2016 au 28 juin 2017

Au moment où l’Agence nationale de la santé publique (ANSP) vient de démontrer, une fois encore, que la qualité de l’air a des effets considérables sur la santé humaine, les industriels de la filière bois domestique du SER, qui développent depuis plus de 10 ans, avec l’aide de l’ADEME, des appareils des chauffage au bois respectueux de l’environnement, grâce au label Flamme Verte, rappellent l’importance de moderniser le parc de chauffage au bois.

Les particules fines, principale cause de la mauvaise qualité de l’air, sont émises par plusieurs secteurs : transports, industrie, agriculture, chauffage à partir de combustible fossile mais aussi du bois. Bien que le bois énergie soit une énergie renouvelable, acteur de la lutte contre le changement (ou dérèglement) climatique, mal utilisé dans les cheminées ouvertes ou les appareils vétustes, il participe à la pollution atmosphérique.
Aujourd’hui, 7 millions de ménages utilisent le bois pour chauffer leur logement. Dans ses objectifs de protection du climat et de développement des énergies renouvelables, la France s’est fixé l’objectif de porter ce nombre à 9 millions à l’horizon 2020.
C’est pourquoi, il est indispensable de remplacer les cheminées à foyer ouvert et les équipements dès lors qu’ils ont été installés avant la mise sur le marché français des produits labellisés (2002) par des appareils labellisés « Flamme Verte » qui répondent à des exigences strictes et permettent de réduire par 30 les émissions polluantes.
Les pouvoirs publics ont mis en place des outils importants pour aider au renouvellement du parc, en particulier un crédit d’impôt de 30 % pour l’acquisition d’un appareil de chauffage au bois labellisé Flamme Verte, ou équivalent. De plus, des Collectivités* s’engagent, aux côtés de l’ADEME, via la mise en œuvre de Fonds Air-Bois qui subventionne entre 800 et 1 200 € selon le périmètre du fonds, le renouvellement d’équipements.
 
« Le chauffage au bois est très apprécié par l’ensemble de la population. De plus, iI représente une solution particulièrement économique pour chauffer son logement. La filière s’est engagée dans une démarche de respect de l’environnement et de la santé publique. Elle travaille depuis plus de dix ans, à l’amélioration continue de la qualité de ses produits. Utilisé dans un appareil performant, le bois énergie est une forme d’énergie beaucoup plus respectueuse de l’environnement que les énergies fossiles », rappelle Jean-Louis BAL, Président du SER.
 
*Les collectivités locales engagées dans les opérations « Fonds Air-bois » sont les suivantes :
- vallée de l’Arve : pays du Rochois et du Mont Blanc, Communautés de communes de Faucigny-Glières, Cluses Arve et Montagnes, vallée de Chamonix
- Isère : communautés de communes du Grésivaudan et du Voironnais et l’agglomération grenobloise

 


TOUTES LES DERNIERES ACTUALITES